Sous-total: 0,00


Votre panier est vide.

Sélectionner une page

Comment régler la vitesse d’obturation ?

Cet article est le premier d’une trilogie… de 4 articles ! Bon… donc… c’est pas une trilogie c’est vrai… mais je trouve le mot assez classe.   « Tu bosses sur quoi en ce moment ? »   « sur une trilogie ! » … ça envoie du bois, vous trouvez pas ?

Bref, les prochains articles seront consacrés aux différents réglages de l’appareil photo. Mais commençons par le début :

« Photographier signifie écrire avec la lumière. Du grec photon (lumière) et graphie (écrire) »

C’est beau ! donc pas de lumière, pas de photo. Ce premier article va traiter d’une des deux manières de faire rentrer ce flux de photons :  la vitesse d’obturation (l’autre étant le diaphragme, mais ce sera dans le numéro 2 de la trilogie de 4).

La vitesse d’obturation est, à mon sens, la partie la plus facile à comprendre. Pour simplifier, je ferai régulièrement un parallèle avec ce qui se passe avec un verre lorsqu’on le remplit. Je vous vois venir, vous allez vouloir que je le remplisse de bière ou de vodka ! Ce n’est pas l’heure ! ça sera de l’eau …

Notre verre a une contenance de 30 cl.

Si vous ouvrez à peine le robinet, un petit filet d’eau va passer et remplir tout doucement le verre. Au contraire, si vous ouvrez à fond, le verre se remplira très vite. Ça se comprend aisément. En photographie, c’est la même chose.

Le verre correspond au capteur, sa taille à la sensibilité du capteur. Le filet d’eau, lui, est la lumière ; et le temps qu’il faudra pour remplir le verre est la vitesse d’obturation. Ok, jusque là je pense n’avoir perdu personne. Heureusement que je n’ai mis que de l’eau dans le verre car sinon ça aurait pu être plus compliqué.

Le capteur est sensible à la lumière et ne peut pas être exposé en permanence à ce flux.

Il est donc protégé par un « rideau ». Lorsque vous appuyez sur le déclencheur, ce rideau s’ouvre, laisse passer de la lumière et se referme. Le temps d’ouverture du rideau s’appelle la vitesse d’obturation. Vous allez me dire, ok, mais comment règle-t-on cette vitesse ? Avec une molette ! 🙂 bon ok, je vous en dis un peu plus. Revenons à notre verre d’eau. Le but du jeu est de le remplir à ras bord sans que ça déborde. Si vous y parvenez, votre photographie est bien exposée, c’est-à-dire qu’elle est ni trop claire ni trop sombre. Si vous ne remplissez pas complètement le verre, votre image est trop sombre et lorsque ça déborde, votre image est trop claire.

Donc pour que l’image soit bien exposée, l’appareil photo est doté d’une cellule qui mesure la quantité de lumière qui arrive sur le capteur et qui transforme cette mesure en valeurs photographiques soit une valeur d’obturation et une valeur de diaph. En fonction d’une valeur iso qu’on aura nous décidé en amont…. mais ne nous étendons pas, ça sera l’objet d’un autre article.

Une petite pause pour digérer tout ça.

Revenons à nos moutons ou plutôt à notre cellule. Celle-ci vous indique quelle vitesse d’obturation vous devez utiliser. Même quand vous décidez de travailler en manuel. Les vitesses d’obturation sont simples à comprendre puisqu’elles correspondent au temps d’ouverture et de fermeture du « rideau ». Elle sont normées comme suit :

Cette échelle de vitesse d'obturation représente les valeurs classique

Cette échelle montre les vitesses courantes allant de 1/2 seconde à 1/1000 de seconde. Suivant les modèles et les marques, il est possible d’avoir des vitesses plus lentes ou plus rapides.

Vous pouvez vous apercevoir de quelque chose :

« Lorsqu’on passe d’une valeur à une autre, on double ou on divise par 2 la vitesse. »

C’est une donnée que vous ne devez jamais oublier. Ça nous servira lorsqu’on parlera du triangle d’exposition.

En photographie, pourquoi je choisis telle ou telle vitesse d’obturation ?

Il y a deux réponses possibles qui ne sont jamais bien loin l’une de l’autre :

1 – La réponse technique. Plus vous allez avoir une vitesse d’obturation lente et plus vous aurez le risque de flou de bougé. Pour comprendre ce phénomène, lisez cet article (comment se constitue une image sur le capteur //prochainement sur le blog//). Le flou de bougé sera dû soit à votre sujet qui bouge (enfant, véhicule, animal,….) soit au photographe qui a bougé durant l’exposition.

« Pour éviter les flous de bougé, il est recommandé de travailler à une vitesse deux fois plus élevée que la focale (objectif) utilisé. C’est-à-dire que si vous travaillez avec un 50mm, vous devrez utiliser la vitesse d’obturation de 1/100 de seconde. »

Cette règle est une base car certaines personnes sont capables de descendre à 1/8 de seconde à main levée (sans trépied) et d’avoir une photo parfaitement nette.

2 – La réponse esthétique. Le flou de bougé peut avoir un intérêt artistique. Vous avez tous déjà vu ces images de cascade (ou de bord de mer) où l’eau est complètement floue. Le photographe a tout simplement utilisé une vitesse lente. A contrario, si le photographe avait voulu figer les gouttelettes d’eau, il aurait utilisé une vitesse rapide. Bref, en fonction de ce que vous souhaitez, vous devrez adapter votre vitesse d’obturation.

La cote de granits rose photographié au coucher de soleil avec une vitesse lente. ce réglage de la vitesse d'obturation permet d'avoir une mer completement floue. ça donne une impression de nuage.

France, Bretagne, Côte d’Armor, Ploumanach, Perros-Guirec, côte de granit rose, le sentier des Douaniers ou GR34

//Photographie Cédric Pasquini – image non libre de droits//

Pour des photos de sport, c’est la même chose. En règle générale, on souhaite figer le mouvement. Pour cela, il faudra donc utiliser une vitesse rapide. Avec le pictogramme ci-dessous, on peut avoir une base de réglage en fonction de votre intention.

En résumé, vous comprenez bien que la vitesse d’obturation n’est qu’une question de logique. Là où les choses vont se corser un peu, c’est lorsqu’il faudra la mettre en adéquation avec le diaphragme et la sensibilité ISO. Mais c’est une autre histoire …

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le partager sur vos réseaux sociaux. Des choses que vous n’avez pas comprise ? Pas de soucis, indiquez les zones de flou (sans faire de mauvais jeu de mot 🙂 🙂 ) dans les commentaires et j’y amènerai des réponses plus précises.